Lamborghini Urraco: un taureau de combat méconnu

20 MARS 2015

Lamborghini Urraco: un taureau de combat méconnu

Place de la Croix-Rousse, retour de marché. Rencontre avec cette superbe oubliée et l’émotion visuelle et sonore (ligne signée Bertone, moteur V8) est incroyable. La portière s’ouvre, et sortent père et mère de famille, la quarantaine fraîche, et de la banquette arrière, leurs 2 enfants! Mais alors, il serait possible de posséder une beauté pareille, et d’en avoir un usage quotidien? Ma curiosité est piquée, voici quelques éléments sur cette splendide inconnue.

Prise sur le vif, place la Croix-Rousse (Lyon 4ème)

Prise sur le vif, place la Croix-Rousse (Lyon 4ème)

Un peu d’histoire: Lamborghini a créé la première supercar de l’histoire quelques années auparavant, la mythique et désormais intouchable Miura. Et décide de démocratiser le concept en le rendant plus accessible.
Présentée au salon de Turin en 1970, l’Urraco n’est commercialisée qu’en 1973, suite à des déboires industriels et financiers de la marque. Pas de chance, le 1er choc pétrolier vient d’avoir lieu, et la demande s’est évaporée…

Lamborghini Urraco: un taureau de combat méconnu

Conception: Animée par un « petit » V8 de 2,5 litres, elle reprend la structure à moteur central arrière, garantissant l’équilibre. Le talentueux designer Marcello Gandini, ingénieur en chef du carrossier Bertone, a déjà fait chavirer les coeurs avec la Miura, et signe ici une nouvelle reine de beauté. Il sera le père, quelques années plus tard, de la brutale Countach. Pedigree.

Lamborghini Urraco: un taureau de combat méconnu

Utilisation: Il s’agit là d’une automobile de collection et que l’on traitera avec les égards dûs à une élégante dame, bien entendu. Le propriétaire Lyonnais de celle-ci avoue 3 à 4.000 km parcourus par an, « du plaisir pur », je cite. Il convient cependant, en amont d’un tel achat, de s’assurer les services d’un mécanicien compétent et passionné. Le budget consacré à un tel entretien est à prendre en considération mais pas dissuasif.

Achat: La patience est de mise ; avec 791 exemplaires construits toutes versions confondues, l’offre est mince! Une vigilance régulière sur le marché sera requise bien sûr, ainsi que des rencontres et échanges avec des propriétaires actuels. La rareté se mérite…
S’agissant là avant tout d’une démarche de passionné, prêt à consacrer temps et énergie à ce projet, je ne peux m’empêcher cependant de relever l’aspect « placement » de l’opération. Sachant que, selon le très bon article d’Autocollec.com , la moyenne de transaction se situait, en octobre 2013, autour de 25.000€. Aujourd’hui, hormis quelques modèles nécessitant une restauration lourde, pas un seul modèle en vente à moins de 60.000€!

A titre de comparaison, par exemple, la Maserati Khamsin cote aujourd’hui 250.000€. Faut-il y voir une tendance forte? Je laisse ces considérations à certains qui font de l’automobile de collection, comme d’autres le font des crus classés, un investissement lucratif.
Alors, la raison, la passion, ou… les deux?

Lamborghini Urraco: un taureau de combat méconnu

En résumé: La Lamborghini Urraco offre l’exception à celui qui sera digne de la dénicher. Un nom évocateur, des performances remarquables, une conduite relativement aisée… pour un budget raisonnable dans cette catégorie. Mais les lois immuables de l’offre et de la demande ont deux conséquences: tout d’abord il faudra être renseigné, patient voire obstiné pour obtenir cette machine ; mais une fois acquise, sa rareté ne fera qu’accroitre sa valeur. Et que dire du plaisir procuré à son volant… envoûtant et reservé à ceux qui la méritent!

Lamborghini Urraco: un taureau de combat méconnu

Fiche technique:
Production: 1973-1979 (791 exemplaires toutes versions confondues)
Carrosserie: Coupé 2+2, design Marcello Gandini pour Bertone
Moteurs: V8 à 90°, 32 soupapes, position centrale arrière. 2L, 2,5L ou 3L.
Puissance: 180 à 247 ch.
Transmission: manuelle, 5 rapports, propulsion.
Poids: 1150kg
Performances: 0 à 100km/h en 6,9″, Vmax 240km/h (version P250); 5,6″ et 260km/h (P300).

Budget: de 15 à 115 k€ suivant la version, l’état et le suivi.
Selon le projet, privilégier la recherche pour une P250 ou une P300, suivie et entretenue avec soin.

Philippe B
philippe@lyonaumasculin.com
Pas de commentaires

COMMENTER CET ARTICLE