La Mercedes-Benz 190 SL

29 MAI 2015

La Mercedes-Benz 190 SL

Une superbe journée de mi-saison, l’occasion rêvée de (re)découvrir ce magnifique cabriolet 190 SL. Un exemplaire en état collection, millésime 1958, dans ses coloris d’origine. Un parcours à travers Lyon en mode semi-détente, semi-boulot, révélateur sur les capacités de la belle à servir en « conditions réelles »! Essai exclusif.

La Mercedes-Benz 190 SL
Au gré des quais de Saône

Au gré des quais de Saône

Présentation
En 1954, Mercedes-Benz donne naissance au mythique coupé 300SL « Gullwing », inaugurant là la dénomination Sport Leicht, « sport léger ». L’année suivante, sa petite soeur arrive sur le marché : c’est la 190 SL. Moins puissante, beaucoup plus accessible, elle reprend les lignes de son ainée, le toit en moins. Mais l’air de famille est bien là, et la ligne, somptueuse, est considérée par beaucoup comme l’apogée du style du constructeur allemand.
La conception et la construction sont également parfaites ; et aujourd’hui on estime que la moitié des exemplaires construits roulent toujours, ce qui est tout à fait exceptionnel pour une automobile de près de 60 ans.
Quelques lignes de technique, pour davantage de détails vous serez bien assez grands pour trouver vous-mêmes! Moteur 1,9L 4 cylindres, 105ch ; propulsion à boîte manuelle 4 rapports ; 1150 kg et une vitesse de pointe de 175 km/h. Ses performances sont assez remarquables à l’époque, et pas du tout ridicules aujourd’hui. Installons-nous au volant…

Sport Leicht: sport léger

conception et construction sans faille, la moitié des exemplaires construits toujours roulants, exceptionnel

apogée, perfection de la ligne dérivée du mythique coupé 300 « gullwing »

1,9L, 105 ch, propulsion, 4 rapports dont 1 long, 1150kg, 175 km/h max

60 à 160 k€ selon l’état(wikipedia)

sonorité sympa pour un 4 cylindres

pouvoir de séduction

sur Instagram la photo prise dans les bouchons à Vaise

chapeaux W.Hat (mais ça fera un sujet à part, prochainement)

Auberge de l'île Barbe

L’Auberge de l’île Barbe

Le privilège de l’âge
Les anciennes m’ont toujours charmé par leurs lignes et leur histoire bien sûr, mais peut-être surtout, parce qu’elles nous rappellent ce qu’était la conduite automobile en des temps plus libres. Pas de ceinture de sécurité, ce n’était pas obligatoire à l’époque. Un dossier qui s’arrête au milieu du dos, des rétroviseurs minuscules, et bien sûr, ni ABS ni système de navigation! Pas de direction assistée non plus, mais un superbe volant aux inserts chromés, ce qui ne m’a pas empêché de réaliser un créneau sur les quais, sans trop de difficulté.
Comment expliquer à celui qui n’aurait pas eu l’occasion de conduire une automobile de collection, en quoi consiste cette magie? Eh bien, exemple vécu, si votre autoradio fonctionne un jour sur deux, selon le temps qu’il fait par exemple ; sur une voiture récente, c’est très agaçant. Sur une ancienne, cela réussit juste à vous faire sourire, ému par ces attachantes marques de l’âge.

La Mercedes-Benz 190 SL

Vaise, quais de Saône, 8h55 
Heure de pointe, bouchons. Ceux qui me suivent sur Instagram peuvent témoigner qu’à cette occasion j’ai publié ma première image… La circulation en accordéon est tout de même bien plus agréable les cheveux au vent! Les piétons qui, avant de s’engouffrer dans leur immeuble de bureaux modernes, ne manquent pas de m’adresser un sourire, un signe amical. Encore un point remarquable : lorsque vous conduisez une voiture de luxe récente, il est fréquent de sentir sur soi des regards jaloux, voire agressifs. Au volant d’une ancienne, vous créez des sourires sur votre passage! Les enfants, les personnes agées, tout le monde semble vous aimer, c’est une sensation extraordinaire. Et bien plus bénéfique pour le moral que le plus concentré des psychotropes ; en fait, la conduite de voitures de collection devrait être prise en charge par la Sécurité Sociale.

La Mercedes-Benz 190 SL

Aspects pratiques
Je vous passe les détails, mais j’ai eu un planning assez chargé et des engagements à tenir lors de cette journée d’essai. Entre deux rendez-vous en fin de matinée, j’ai profité d’un passage quai de la Pêcherie pour m’arrêter chez
W.Hat, et y trouver le couvre-chef idéal pour me protéger avec style des ardeurs du soleil. Ceux qui me suivent via Facebook en ont déjà eu un aperçu ; mais cela fera l’objet d’un article spécifique… à suivre!
La question fondamentale est la suivante : est-il possible de concilier une activité « normale », et la conduite d’une ancienne de prestige? La réponse est oui, pourvu que l’on prenne quelques dispositions. Anticiper l’absence d’une connexion Bluetooth pour son téléphone ; s’informer de la météo ; adapter sa conduite (sans ceinture, on redouble de prudence!) et disposer d’un stationnement sécurisé, m’ont semblé des nécessités absolues. Cependant, j’ai apprécié le coffre d’une capacité correcte, la fiabilité et la souplesse de la conduite, et la présence sur ce modèle d’un dispositif de mélange automatique de l’additif. Car la belle fonctionne au super plombé, désormais introuvable. La solution habituelle est d’ajouter à son plein de SP98, quelques mesures d’un produit de substitution ; dans le cas présent j’ai même été dispensé de cette manipulation!

Devant le pont Schuman

Devant le pont Schuman

On signe où?
Reste la question du coût : pour ce modèle, très apprécié pour sa fiabilité et son pouvoir de séduction, la cote de la 190 SL s’établit de 90 à 150 k€ selon les critères habituels (état, historique, etc.). Il s’agit d’une somme, certes, mais ce montant peut être considéré comme un placement, dans la mesure où la valeur du véhicule a de fortes chances d’augmenter avec le temps. L’entretien et l’assurance ne sont pas du tout prohibitifs, voire avantageux, à condition de réaliser à son volant des kilométrages raisonnables. Sous cet angle, cela mérite réflexion, non?
Il y en a actuellement une disponible chez
GT Spirit, le spécialiste lyonnais du véhicule de collection. Millésime 1957, en coloris Dark Grey, intérieur intégralement restauré par un maître sellier ; il y a fort à parier qu’elle trouvera très rapidement acquéreur. Allez les voir de ma part, ils vous réserveront peut-être une petite surprise! 🙂

Chaleureux remerciements à Patrick D. pour sa participation. Crédits photo : Edouard B. 

Portail de la Primatiale Saint-Jean

Portail de la Primatiale Saint-Jean

Philippe B
philippe@lyonaumasculin.com
3 Commentaires
  • Farfadet 86
    Posté à 18:03h, 04 mars Répondre

    Mercedes 190 SL . Retour aux années « 50-60″… Une ligne superbe, c’est bien la petite sœur de la légendaire 300SL .
    En contre-point, dans univers parallèle mais tout à l’opposé question image, permettez moi de vous mettre le lien qui suit vers un article de mon blog … « Première journée en 2CV » … Autrement, dans la rubrique « auto-saga », vous découvrirez que mon père roulait en Mercedes et que cette marque m’a souvent inspiré au niveau graphisme.
    http://www.mirebalais.net/article-3411558.html

    Merci pour votre reportage élégant et sport.

    • Phil B.
      Posté à 23:29h, 04 mars Répondre

      Merci pour ce lien et cette belle histoire ! Heureux que cet article vous ait plu 🙂

  • Farfadet 86
    Posté à 09:50h, 05 mars Répondre

    Bonjour et pour compléter, l’inaccessible étoile :
    http://www.mirebalais.net/article-10572434.html

    Bon week-end.

COMMENTER CET ARTICLE