James Bond Cars

23 OCTOBRE 2015

James Bond Cars

Sans ses bolides bardés de gadgets, l’agent 007 accomplirait-il ses missions? Son efficacité, voire son pouvoir de séduction, s’appuient sur une sélection d’automobiles de prestige. Les marques Aston Martin, Jaguar, Lotus, BMW et… Citroën, se passent le flambeau depuis plus de 50 ans. La sortie du dernier opus, Spectre, annonce une nouvelle démonstration de luxe et de performance avec la superlative DB10 en tête d’affiche. En attendant, revue des sept plus mythiques Bond Cars.

James Bond Cars

Aston Martin DB5, Goldfinger, 1964
La plus emblématique, sans aucun doute. D’où une longévité à l’écran sans égale, son style unique crève l’écran d’Opération Tonnerre à Skyfall en passant par Goldeneye et Casino Royale. Sa prime apparition dans Goldfinger signe également le coup d’envoi des toujours surprenantes préparations de Q (division « équipement » des services secrets britanniques). Pour la première fois, le public peut assister aux effets dévastateurs des clignotants-mitraillettes, jantes à bayonnettes et autres redoutables accessoires. Et que dire du sélecteur d’immatriculation, qui en a fait rêver plus d’un! 

James Bond Cars

Toyota 2000 GT, On ne vit que deux fois, 1967
Coupé à la ligne d’une pureté absolue, selon moi tout simplement l’une des plus belles voitures du monde.
Rarissime, 351 exemplaires sortent de production, dont seulement 25 pour l’Europe, et marquent les premiers pas japonais sur le marché de l’automobile de prestigePourtant, pour les besoins du film et à cause de la grande taille de Sean Connery, il a fallu la scalper en cabriolet. Dommage pour le design original, mais une formidable vitrine pour le constructeur! L’unique exemplaire ayant survécu au tournage est en bonne place au Musée Toyota. 

James Bond Cars

Ford Mustang Mach 1, Les Diamants sont éternels, 1971
La marque américaine peut se prévaloir d’être présente dans 12 des 23 épisodes sortis en salles ; et son modèle Anglia est le tout premier véhicule de l’histoire à apparaître à l’écran, dans James Bond 007 contre Dr. No. Souvent reléguée à des rôles de figuration, la production Ford obtiendra tout de même la consécration grâce à sa légendaire Mustang, dans sa version Mach 1 ultra-performante. Elle s’illustre dans la course-poursuite à travers Las Vegas, semant des poursuivants avec panache. Le coup de passer sur deux roues, c’est un classique, le fait de
basculer de celles de droite à celles de gauche… moins!

James Bond Cars

Lotus Esprit, L’Espion qui m’aimait, 1977
Autant vous l’avouer, au sujet de cette marque et de ce modèle en particulier, je suis tombé amoureux petit, et donc peu objectif! En même temps, vous en connaissez beaucoup, vous, des automobiles aussi véloces et racées d’origine, 
capables d’échapper aux hélicoptères d’assaut en se transformant en véritable sous-marin? A son bord, Roger Moore n’a aucune peine à secourir et éblouir Barbara Bach, alias Agent Triple X. Le véhicule est un fantasme absolu, et pas uniquement pour moi. En 2013, Elon Musk, patron de Teslaspan> a déboursé un million de dollars pour acquérir le submersible original. En annonçant son intention de le produire à grande échelle!

James Bond Cars

Citroën 2CV, Rien que pour vos yeux, 1981
Quelques modèles made in France sont parvenus à se faire une place dans l’univers de James, citons dans le désordre la Peugeot 403, et les Renault 5 « Turbo2 », 11 TSE, et Fuego. Voitures qui, à l’époque, faisaient rêver, je vous assure! La plus mémorable performance automobile revient pourtant à la brave Deudeuche, dans une scène spectaculaire l’opposant à des sbires en 504 Peugeot. James l’emprunte à Melina Havelock (Carole Bouquet, alors âgée de 24 ans, épatante) et démontre ses qualités de maniabilité… et de robustesse.

James Bond Cars

BMW Z8, Le Monde ne suffit pas, 1999
L’interprétation de l’agent 007 par Pierce Brosnan est intimement associée à la marque bavaroise. Dès Goldeneye, le cabriolet Z3 fait une entrée remarquée dans le cercle des « Bond Cars » ; suivi par la luxueuse 750iL bardée de technologie, et pilotable à l’aide d’un mobile Ericsson ancêtre du smartphone. La marque à l’hélice valorise aussi sa gamme à deux roues, avec la R1200C au centre d’une course-poursuite de plus de six minutes! Malgré tout, la palme de l’élégance revient à l’exclusive Z8, dont le dessin s’inspire de la légendaire 507 de 1956. Sacrilège, l’équipe de production du film juge opportun de scier en deux cette superbe automobile, avant qu’elle n’ait l’occasion de tenir son rôle…

James Bond Cars

Aston Martin DB10 et Jaguar C-X75, Spectre, 2015.
Nous avons ouvert le bal avec la prestigieuse marque anglaise, il est normal de conclure par l’une des plus fantastiques descendantes de la DB5. Autour de festivités célébrant le cinquantenaire d’Aston Martin aux mains de James Bond, la DB10 a été révélée. Saluée pour sa ligne, elle se pose d’emblée en mythe roulant : elle ne sera produite qu’à dix exemplaires, pour les besoins du film uniquement! Personnellement, proposer une telle merveille, et ne pas la rendre disponible, j’appelle ça de la perversion…
De son côté, Jaguar a eu le mérite d’envisager la production de la C-X75. Ce concept très abouti de supercar, qui aurait pu succéder à la XJ220, transporte le brutal Mr. Hinx dans Spectre. Equiper les méchants, Jaguar le fait de très bonne grâce dans plusieurs volets de la série, probablement inspiré par son slogan: It’s good to be bad ! Je vous laisse apprécier ci-dessous la scène filmée dans les rues de Rome. 

Philippe B
philippe@lyonaumasculin.com
Pas de commentaires

COMMENTER CET ARTICLE