Les souliers De Fursac

18 JANVIER 2016

Les souliers De Fursac

Quoi de neuf chez De Fursac? La toute nouvelle ligne de chaussures de luxe made in England. L’homme élégant appréciera la qualité digne des plus grandes maisons, et les styles classiques revisités. De l’atelier à la boutique, découverte au cœur du goût français, et du savoir-faire anglais. Une association de talents inédite dans le haut de gamme, à découvrir sans tarder !

Richelieu, bout droit, cuir de veau noir

Richelieu, bout droit, cuir de veau noir

La marque
De Fursac apporte sa vision du Dandy moderne, et respectueux de règles de style intemporelles. Attentif aux détails qui font la différence, aussi. Ainsi, les costumes qui font la notoriété de la marque sont coupés à partir de tissus exclusifs de la maison Cerruti. Une identité définie par une « silhouette affutée, pertinente et durable » scelle cette distinction. 
La combinaison de lignes et d’étoffes, d’accessoires et de conseils, font que l’offre De Fursac est d’une redoutable efficacité. Il y est tout à fait possible de se voir entièrement habillé, du nœud pap’ à la pochette, de la ceinture au bouton de manchette ! 

Looks automne-hiver 2015/16 (extraits du site defursac.fr)

Looks automne-hiver 2015/16 (extraits du site defursac.fr)

Les souliers
La démarche qui mène à cette nouvelle offre est sincère, et De Fursac ne s’invente pas une histoire de producteur de chaussures. Ainsi, le marquage des semelles intérieures est un aveu de la sous-traitance de cette gamme ; bel effort de transparence, qui tranche avec nombre de maisons concurrentes. Lesquelles se prétendent sans complexe (et le plus souvent, à tort) à l’origine de l’ensemble de leurs produits.
La marque a défini ses attentes en amont, et les a confiées à une entreprise artisanale britannique. Les ateliers basés dans le Northamptonshire (berceau de la chaussure anglaise) travaillent « comme il y a 100 ans », dans le respect de la tradition et de l’excellence. Découvrez en vidéo le savoir-faire de ces passionnés:

"Handmade in England for De Fursac"

"Handmade in England for De Fursac"

« Handmade in England for De Fursac »

Le soulier fait l’homme, rappelle le patron de cette sympathique entreprise. Cette visite illustre le soin apporté au choix des peaux et à l’ensemble des opérations d’élaboration. Les procédés et les matières premières sont comparables à ceux de chausseurs et bottiers de grand renom. Lesquels affichent souvent des tarifs bien supérieurs à ceux des souliers De Fursac: moins de 400 euros la paire. Alors, par quel miracle? La réponse n’est pas évidente mais on présume qu’une politique de prix attractifs a été étudiée pour conquérir une place sur un marché déjà bien fourni. Dans ce cas, comme souvent, les précurseurs… sont récompensés !

Derby, cuir de veau marron glacé (385€)

Derby, cuir de veau marron glacé (385€)

L’expérience boutique
Aux origines de ma découverte de la marque (avant l’ouverture des points de vente lyonnais), ce sont les adresses parisiennes qui m’ont séduit. L’accent mis sur l’accueil et le conseil, un accompagnement sûr et délicat, sont inculqués avec ferveur aux équipes. Et procurent un confort d’achat dont beaucoup pourraient s’inspirer !
En parfait ambassadeur, Sébastien C. dirige avec talent la boutique De Fursac Lyon (72 rue Herriot, Lyon 2ème). Il accompagne depuis des années mes choix vestimentaires ; tout particulièrement ceux liés aux moments clés de l’existence. Tenue de mariage*, costumes des grandes occasions, sont autant de témoins d’une confiance méritée. Je ne suis en aucun cas affilié avec la boutique ou la marque, mais je vous invite chaudement à faire l’expérience des produits et du service !

Retrouvez ici les adresses des boutiques De Fursac, et n’hésitez pas à partager votre expérience ci-dessous…

* coordonnée à la somptueuse Mercedes 190 SL, s’il vous plaît !

Richelieu, bout droit, cuir de veau marron (365€)

Richelieu, bout droit, cuir de veau marron (365€)

Richelieu, cuir de veau verni noir (375€)

Richelieu, cuir de veau verni noir (375€)

Philippe B
philippe@lyonaumasculin.com
Pas de commentaires

COMMENTER CET ARTICLE