Le SIHH, l’Horlogerie majuscule

20 janvier 2017

Le SIHH, l’Horlogerie majuscule

Parcourir les allées du Salon International de la Haute Horlogerie est un privilège. Le SIHH 2017 a déclenché toutes sortes de commentaires, ceux qui suivent sont placés sous le signe des émotions neuves !

Au cours de cette journée, j’ai pu capturer en vidéo certains mouvements particulièrement hypnotiques. Les modèles marqués d’un astérisque* sont à retrouver dans la vidéo « compilation » en fin d’article.

Ces premiers pas dans le Temple genevois de l’horlogerie furent rendus possibles grâce à la bienveillance de partenaires de confiance. Et ma gratitude n’a fait que croître au long de la journée, en même temps que le sentiment grisant d’évoluer sur un terrain réservé aux initiés.

On est bien reçu ! Le luxe est omniprésent, et l’organisation propose un confort « 5 étoiles » avec moult attentions délicates. Et si les tenues portées par les actrices et acteurs de ce bal peuvent évoquer la montée des marches de Cannes, il ne faut pas s’y tromper. Ici, on travaille. Même (et surtout) pendant les repas.

Les enjeux et l’ambiance.

Il ne sera pas fait mention ici de la crise horlogère. Les visages des exposants sont en accord avec le discours officiel : souriant, détendu, confiant. J’entends parler d’objectifs commerciaux atteints, de perspectives ambitieuses de développement. En aucun cas, ce salon ne prend la tonalité du « chant du cygne » que certains observateurs anticipaient. Dans les années les plus opulentes du marché, les contrats « tombaient tout seul » à en croire certains anciens ; désormais il faut du travail et de la méthode pour parvenir à ses fins…

Les exposants

D’abord, c’est ici la grand-messe du Groupe Richemont, représenté par une douzaine de marques de premier plan. Le retour d’Ulysse Nardin* et Girard-Perregaux* symbolise l’ouverture à la concurrence ; signe de bonne santé du SIHH. En marge des fastueuses expositions des marques principales, le Carré des Horlogers accueille les artisans, les confidentiels, les expérimentaux. Les arguments de ces acteurs sont spectaculaires, iconoclastes et d’une diversité hallucinante.

La science horlogère

Pour l’amateur, les allées du salon regorgent de trésors. Pièces rares et proximité avec les acteurs du métier jalonnent le parcours. Chez Vacheron Constantin*, une exposition consacrée à la Répétition Minute apporte une touche mélodieuse. Chez Audemars Piguet, on s’attarde sur une collection exceptionnelle de montres anciennes. L’ambiance est davantage « people » chez IWC*, où les pilotes de Formule 1 côtoient les stars des écrans. Voilà pour le contexte ; à présent rentrons dans le vif du sujet avec une sélection de modèles illustrant la variété de la haute horlogerie contemporaine.

SIHH

Richard Mille RM50-03

Citée comme la plus éclatante success story horlogère de ces 20 dernières années, la marque* poursuit sa quête superlative. Concrétisant le partenariat avec McLaren F1, la montre est dotée d’une pack technologique vertigineux. Elle met notamment en œuvre le graphène, matériau aux propriétés de science-fiction. Il faudra débourser 1 million d’euros pour s’offrir cette pièce de 38 grammes, nouveau record absolu du prix au kilo.

SIHH

Montblanc

La gamme Timewalker s’inspire de l’automobile classique ; le mouvement Exotourbillon* vient confirmer le talent horloger. Et le très exclusif Chronographe 1858 (à l’image) se voit doté d’un somptueux calibre Minerva, habillé de bronze et cadran champagne (limité à 100 exemplaires). La marque allemande maîtrise son sujet et prouve son dynamisme.

Ressence, Type 1²

L’an passé, la marque présentait sa nouvelle montre de plongée Type 5. Cette année, elle capitalise ses acquis avec élégance. Le mouvement original* s’habille d’inox poli dont la forme « au carré » est plus fine, plus habillée. Incontestablement, la marque créée par Benoît Mintiens est passée à l’âge adulte, et gagne en accessibilité : 17 500 € pour une authentique innovation horlogère, la tentation est exponentielle.

HYT, « machines hydro-mécaniques »

Curieux de découvrir la nouvelle « Skull édition limitée Axl Rose », me voilà plongé dans l’univers d’une maison qui associe l’horlogerie classique et les fluides colorés qui évoluent dans des tubes… À l’image, le mouvement de la H3 Titanium Platinum* et son capillaire vert couplé au barillet pivotant des 24 heures, et minute linéaire rétrograde. De quoi liquéfier les certitudes acquises par les conservateurs !

H. Moser & Cie, Endeavour Perpetual Calendar Concept

Less is more, telle est l’affirmation de cette pièce dont on ne peut soupçonner la complexité. Et pourtant, la marque qui se revendique plus Suisse que Swiss-Made parvient à proposer une montre à calendrier perpétuel à l’aspect ultra-épuré. La plus courte des aiguilles indique ici le 6, indiquant le mois de juin avec simplicité et élégance. Un garde-temps signature, qui ne sera produit qu’à 10 exemplaires.

Hautlence, Vortex Primary

Toujours en mouvement, la dernière création s’appuie sur le calibre maison HL2.0*, qui se lit désormais « à l’horizontale ». On profite mieux de cette remarquable mécanique, minute rétrograde, heure sautante et surtout mouvement baguette pivotant sur son axe. Habillez façon Mondrian, en collaboration avec un personnage haut en couleurs : Eric Cantona himself. Une pièce rare destinée à mettre en lumière une histoire déjà riche de concepts d’exception !

Roger Dubuis, Excalibur Spider Pirelli double tourbillon

Pour conclure, la marque qui m’a paru la plus dynamique, avec de très excitante perspectives pour l’année à venir. Entériné, le partenariat avec Pirelli donne naissance à des Excalibur* intégrant la gomme des pneus victorieux à Monaco. Côté design, l’association avec le studio Italdesign méritera d’être surveillée. Mais surtout, on me confie l’imminence d’un mariage avec la plus indomptable des automobiles italiennes. L’Une de celles dont on a traité récemment dans la sélection Automobile… dans l’immédiat, je n’ai pas le droit d’en écrire plus !

Pour contempler les montres en mouvement, c’est juste en dessous :

Philippe B
philippe@lyonaumasculin.com
Pas de commentaires

COMMENTER CET ARTICLE