Le Chronomètre mécanique à rattrapante Heuer

12 avril 2017

Le Chronomètre mécanique à rattrapante Heuer

Le goût de l’horlogerie ne fait pas nécessairement appel à des moyens considérables ; il se trouve parfois de petites merveilles très accessibles. Ce chronomètre mécanique Heuer des années 70 nous invite à la découverte d’un pan d’histoire de la marque suisse, et des fonctions exotiques de l’objet. 

Horlogerie vintage : Chronomètre mécanique Heuer

Le bas du cadran arbore le made in switzerland, et non l’actuel « Swiss Made » qui soulève quelques passions. La marque Heuer ne deviendra Tag Heuer qu’à la décennie suivante. À l’époque, ses efforts sont consistants dans le domaine de la précision. C’est ainsi qu’Heuer apporte son savoir-faire à la conquête de l’espace, au chronométrage des Jeux Olympiques, à la course automobile. Et aujourd’hui, c’est précisément au volant d’une voiture de collection que l’on trouve encore usage à ce chronomètre mécanique.

Les instruments & chronomètres en rallye de régularité

Ci-dessus, la photo du tableau de bord d’une concurrente en régularité. L’électronique est devenue l’alliée incontournable des pilotes, pourtant le traditionnel chronomètre (ici, un Breitling) garde une place de choix pile sous les yeux du copilote. La fonction première n’a pas disparu : entre deux points du parcours éloignés d’une distance donnée, on mesure le temps écoulé ; et l’on compare la vitesse réelle mesurée à celle désirée pour l’épreuve.

Le chronomètre mécanique à rattrapante

Comme illustré par la vidéo en fin d’article, la rattrapante permet de mesurer un temps intermédiaire. Pendant que l’aiguille principale mesure un temps donné, on peut arrêter l’aiguille de rattrapante, et noter le temps tranquillement. Une seconde pression sur le poussoir fait que cette seconde aiguille rattrape la principale, permettant la mesure d’un second temps intermédiaire, et ainsi de suite. Et en fin d’épreuve, une double pression sur le poussoir principal remet tous les compteurs à zéro.

Chronomètre mécanique Heuer (dos ouvert)

Invitation à l’horlogerie

Le dos du boîtier s’ouvre, révélant la mécanique, et permettant même d’initier les plus jeunes à l’horlogerie grâce aux principaux organes bien visibles. Le remontage manuel stocke l’énergie dans le barillet, le balancier réglable assure la régularité et la précision. Certaines pièces du chronomètre mécanique sont brutes, d’autres font apprécier leur finition polie, bouchonnée ou ornée de cotes de Genève.

Le chronomètre mécanique à rattrapante Heuer

Le temps décimal

Autre caractéristique notable : la graduation « chemin de fer » rouge. Elle permet la mesure du temps en centièmes de minute et non en secondes. L’utilité? Certains métiers mesurent encore le temps en ch (centièmes d’heures) et autres subdivisions décimales. Les opérations arithmétiques (addition, multiplication…) gagnent en simplicité ; voici un exemple pour illustrer pourquoi et comment.
Cas pratique : la mesure du temps nécessaire pour vérifier la bonne pression des pneus d’une automobile (entre parenthèses, les temps exprimés en secondes)
– dévisser les capuchons de valve  (4 x 9″)   4 x 0,15  = 0,60 min
– gonfler à pression correcte           (4 x 36″) 4 x 0,60 = 2,40 min
– revisser les capuchons de valve   (4 x 6″)   4 x 0,10  = 0,40 min
Total : 3 minutes et 40 centièmes soit 3 minutes et 24 secondes.
Au sein d’une usine produisant des milliers de véhicules, la méthode de mesure et d’amélioration des processus est au cœur de la recherche de productivité. Ainsi, la mesure décimale du temps reste d’actualité… seuls les outils ont changé.

Voyez comment, pour moins de 200€, on peut acquérir un objet fabriqué avec soin, qui a une histoire, une fonction, presque une âme. Je remercie Romain Marsot, chercheur d’objets de caractère chez Petite Genève, de m’avoir confié ce chronomètre à rattrapante Heuer. Et je vous convie à le voir en mouvement, sur place ou ci-dessous en vidéo !

Coté face, on note le deuxième cadran gradué de 0 à 30 minutes, asservi au temps principal. L’aiguille rattrapante se niche juste en-dessous de la principale. Au dos (après démontage soigneux du fond), notez que la roue centrale à 3 rayons est liée à l’aiguille rattrapante. Le poussoir, par l’intermédiaire de leviers, fait pivoter un « carré » qui écarte les pinces, libérant ainsi cette roue.

Chronomètre mécanique Heuer à rattrapante

 

Philippe besseau
philippe.besseau@hotmail.fr
Pas de commentaires

COMMENTER CET ARTICLE