Classic Racing School : les Sixties en piste

16 janvier 2018

Classic Racing School : les Sixties en piste

Avis aux amateurs, la Classic Racing School offre l’opportunité de prendre le volant d’une monoplace de l’âge d’Or. L’expérience fabuleuse et unique au monde proposée par cette école de pilotage 100% authentique est née à Lyon ; nous sommes conviés à l’apprécier sur piste. Dans ces conditions, on retourne volontiers à l’école ! 
Photographies © Ph.Besseau et S.Honoré (stanleyhonore.fr)

Classic Racing School: les fondateurs Julien et Morgan

Un concept né sur les bancs de l’INSA Lyon. Morgan et Julien, à peine 45 ans à eux 2, n’ont pas connu l’époque des « cigares à roulettes » et des passes d’armes musclées entre icônes de la Formule 1. Cela ne les empêche pas de vibrer pour une époque où la performance ne devait encore rien aux ailerons et autres appendices aérodynamiques. Du désir d’entretenir cette passion, est née l’idée de la Classic racing School. La construction du projet témoigne d’une vision mature et tenace: offrir une expérience unique au monde, un voyage dans le temps.

Classic Racing School, Circuit de Charade, France

L’expérience s’adresse à ceux qui savent apprécier le sport automobile authentique. En détaillant la genèse du projet, Julien se confie sur une précédente expérience au sein d’une écurie privée, proposant des stages de pilotage de F1. Parmi ses clients, quelques clients ultra-fortunés venus de Russie et d’ailleurs pouvaient se montrer capricieux… Tandis que d’autres fins connaisseurs lorgnaient sur des modèles vintage qui étaient juste disposés au bord de la piste en guise de décoration ! Entretenir la flamme des puristes, la propager auprès d’un public d’amateurs, voici en résumé l’idée de départ.

Le concept Classic Racing School

Les bonne fées se sont penchées sur ce baquet, pardon, ce berceau. Et elles ont formulé 3 vœux, autant de piliers destinés à rendre l’expérience de pilotage unique en son genre.

Classic Racing School, la monoplace Crosslé 90F

La voiture Crosslé 90F: prenez une pièce de musée roulante, et procédez à quelques adaptations. La réduction du bruit se devait de satisfaire les exigences du circuit, et de son voisinage… L’habitacle à peine élargi permet d’accueillir des apprentis pilotes jusqu’à 2 mètres, et/ou un peu plus corpulents. À part ça, la monoplace reste fidèle aux standards de l’époque: chassis tubulaire, boîte manuelle 4 rapports, sans ABS ni anti-patinage. Puriste, on vous dit !
Le moteur Ford Zetec 2.0L de 110 chevaux est largement suffisant pour les 420 kg de l’engin. Le constructeur britannique Crosslé, « le plus ancien fabricant de monoplaces de course » a livré 5 monoplaces pour l’inauguration ; désormais c’est « plein régime » avec 7 bolides disponibles, chacun dans sa livrée évocatrice.

Classic Racing School, circuit de Charade

Le circuit de Charade: le Circuit Automobile de Montagne d’Auvergne, ouvert en 1958 (par une victoire de Maurice Trintignant en F2) se situe aux portes de Clermont-Ferrand. Vallonné et technique, Stirling Moss l’a qualifié de « plus beau circuit du monde ». Le Grand Prix de France de Formule 1 s’y est tenu 4 fois entre 1965 et 1972 ; Sir Jackie Stewart ayant remporté 2 de ces courses. Les transformations successives n’ont pas dénaturé l’ambiance si particulière du lieu, devenu temple de l’automobile classique. Désormais long de 4 km, ponctué de 18 virages, l’âme du circuit de Charade est l’un des ingrédients essentiels de la Classic Racing School.

Classic Racing School, paddock lounge à Charade

L’ambiance « immersion ». Véritable centre de vie tout au long de la journée, le salon Lounge est décoré avec grand soin et foisonnant de miniatures, affiches et autres authentiques souvenirs d’époque. On y retrouve la patte du Drivers Loft, et quelques belles pièces de la collection Michel Vaillant Art Strips. Quelque pas seulement séparent le bar du muret des stands, et le salon de l’atelier. La sensation qu’on vit dans ces espaces est fascinante: on n’est pas spectateur de l’action, on en est l’acteur. Comme les stages s’effectuent en petits comités, ce sentiment privilégié n’en est que plus grand.
Un mot sur la prestation, clairement haut de gamme. La tenue complète attend chaque pilote dans son casier personnel ; les équipements sont aux mesures, et l’équipe d’accueil au petits soins. Attention cependant: « pas de chichis », le but est de recréer l’atmosphère typique des paddocks à la fin des années 60. Convivialité avant tout !

Classic Racing School : le briefing

Une journée à la Classic Racing School:

Le briefing s’apprécie dans le confort de canapés Chesterfield moelleux. Nous recevons les informations nécessaires sur le circuit, l’équipement, la sécurité, et autres fondamentaux d’une journée de roulage à haute vitesse. Il nous sera très aimablement suggéré de ne pas malmener nos bolides, aussi. Les aspirants pilotes peuvent alors se diriger vers leurs montures… le regard déjà tourné vers la piste.

Classic Racing School : debriefing après roulage

Tout au long de la journée et après chaque session en piste, chaque pilote échange avec son instructeur dédié. Parmi ceux-ci, les pilotes professionnels Vincent Beltoise et Pierre Sancinéna fournissent de précieux conseils. L’apprentissage se fait par étapes: gestion des phases d’accélération et de freinage, ressenti des transferts de masse, utilisation optimale de la piste.
À l’issue du stage, chaque participant reçoit sa caméra embarquée en précieux souvenir. Avant de visionner ci-dessous l’une de mes sessions, notez bien que j’avais déjà pratiqué le circuit à moto (à Prenois et au Castellet) mais vous assistez ci-dessous à un véritable baptême de piste sur 4 roues. Merci d’en tenir compte lors de vos éventuels commentaires !

Perspectives. Le lancement du concept a été relayé dans la presse avec un engouement rare… Et le calendrier de la saison à venir (reprise en avril ; en attendant, l’équipe se console comme elle peut) se remplit à toute allure. La Classic Racing School brille, mais voit déjà plus loin pour l’avenir. On brûle d’impatience de faire connaissance avec des véhicules d’une autre catégorie, les barquettes « sport-prototype » Crosslé 9S. Année-modèle 1966, 240 chevaux, 550 kg, et 2 places à bord : vous imaginez les possibilités !
Les tarifs, la disponibilité, en bref l’ensemble des prestations de la Classic Racing School vous attendent sur le site ci-dessous:

ClassicRacingSchool.com

Classic Racing School : en piste !

Cet article vous a plu? Vous aimerez peut-être:
Les gants de pilotage vintage Christophe Fenwick
Le Scrambler NineT Bmw Motorrad
Voile ou moteur? La perfection nautique

Philippe besseau
philippe.besseau@hotmail.fr
Pas de commentaires

COMMENTER CET ARTICLE