Jeep Renegade : Petite crapule !

16 DÉCEMBRE 2016

Jeep Renegade : Petite crapule !

Et si on prenait le volant d’une automobile accessible, fun et charismatique? Et si on s’y attachait si fort qu’on aurait du mal à la quitter? C’est ce qui risque d’arriver quand on essaie la Jeep Renegade, cadette d’une famille mythique. Wanna ride, baby?

La colline de Fourvière en toile de fond La colline de Fourvière en toile de fond

La légende Jeep. La marque fête ses 75 ans d’existence, et capitalise sur ce qui a rendu aussi sympathique un véhicule conçu en temps de guerre. La robustesse et la souplesse d’utilisation sont le lien de parenté entre la mythique Willys et les modèles actuels. Et puis il y a ce parfum made in USA : authentique, impertinent, libre. De toutes les marques américaines présentes sur notre sol, Jeep est probablement celle qui correspond le mieux à cette définition. Sur le modèle Renegade, de nombreux clins d’oeil sont adressés aux fans : ils sont discrets mais bien présents. 

Jeep Renegade : Petite crapule !

L’Amérique, pour nos villes. Qui dit SUV d’outre-Atlantique, pense souvent gabarit XXL. Dès sa conception, le Renegade a pris en compte les attentes des utilisateurs du vieux continent. C’est clairement ce qui se dégage à bord de cette Jeep, taillée pour la jungle urbaine et offrant des prestations habituellement réservées aux marques européennes. Exercice original et mission accomplie : apporter une polyvalence maximale sans dénaturer l’esprit de la marque.

Jeep Renegade : Petite crapule !

Renegade, that’s who I am. « Petit à l’extérieur, grand à l’intérieur », une phrase qui résume bien le modèle. Et si le nom de baptême est intimidant, c’est sûrement pour compenser le côté « gros jouet » ! Esthétiquement, les codes de la marque sont présents : calandre à grille et phares ronds, angles saillants, carrure de spécialiste du hors-piste. On est très loin des codes actuels du « mini-SUV-cossover-urbain » et c’est tant mieux. Les modes changent, le style reste. Malgré tout, la physionomie du Renegade s’adapte dans les grandes largeurs, et les choix de coloris donnent le ton. Et en guise de finitions, de l’homme des bois à l’urbain pur, chacun trouvera l’équipement qui lui correspond. 

Jeep Renegade : Petite crapule !

Doté de la finition Limited haut de gamme, le modèle d’essai nous accueille à son bord. Les premières sensations sont agréables. Du volant au levier de vitesses en passant par la sellerie cuir, l’aspect tactile a été soigné. Et l’inventaire de l’équipement de confort ne révèle pas de lacunes. Le système multimédia est complet, l’écran de bonne taille et l’interface intuitive. Une pression sur le bouton « Start Engine » et nous prenons la route.

Jeep Renegade : Petite crapule !

Une irrépressible envie de sortir de la ville me fait remonter la Saône, où des lieux atypiques nous attendent. Une Jeep, c’est fait pour aller là où les autres ne passent pas, non? Des friches d’Albigny aux falaises de Curis au Mont d’Or, les chemins de traverse donnent une idée des capacités exploratrices du Renegade. Et pourtant nous sommes à bord d’une version 2 roues motrices ; les vrais amateurs de tout terrain se tourneront vers les 4 roues motrices de la gamme. Comme sur les autres modèles Jeep, les versions les plus agiles sont marquées du badge Trailhawk.

Le baroudeur de la famille : le Renegade Trailhawk

Le baroudeur de la famille : le Renegade Trailhawk

Les adeptes du franchissement savent reconnaître les vraies qualités d’une automobile qui grimpe aux arbres : transmission spécifique, porte-à-faux courts… critères que Jeep maîtrise et applique sur son modèle le plus compact.
Retour au bitume. Le moteur essence 140 chevaux peut recevoir, au choix, une boîte manuelle robotisée, ou automatique à 9 rapports. Et la gamme Renegade offre l’alternative d’un moteur plus puissant (170 chevaux) ou de 2 mécaniques diesel, 140 et 170 également. Chez Jeep, on aime les choses simples : pas d’hybride, et encore moins de e-Jeep ! Pour savoir quelle association moteur-boîte vous convient, rien ne vaut l’essai ; et pour nourrir l’inspiration, quelques expériences sur le configurateur Renegade

Jeep Renegade : Petite crapule !

Devil is in the details. La gamme Renegade démarre à 19 000, et s’étoffe jusqu’à 35 000 €. Et si les versions les plus abordables ont pour concurrentes les Renault Captur et Suzuki Vitara, les plus cossues défient ouvertement les Audi Q2 et autres petits SUV de luxe. À ce niveau, les détails font la différence.
Au volant d’une version bien équipée, le sentiment premier est celui d’une prise en main instinctive et naturelle. Mais en replongeant dans la frénétique circulation urbaine, on apprécie les attentions du Renegade pour le conducteur. En particulier, les équipements de sécurité adaptatifs (système anti-collision, surveillance des angles morts) sont moins invasifs mais tout aussi efficaces que ceux d’autres constructeurs.

Jeep Renegade : Petite crapule !

Americas’ greatest hits. 

Avant de rendre (à regret) le véhicule, une visite chez Harley-Davidson Dardilly s’impose. Les engins à 2 et 4 roues se connaissent déjà : parmi les attentions uniques du réseau Motorvillage, les animations qualitatives sont en bonne position. C’est l’un des privilèges dont profitent les clients Jeep : s’ouvrir en grand les portes du American Way of Life. Pour avoir un aperçu concret de ces plaisirs, rendez-vous de ma part chez : 

MotorVillage Lyon Vaise et Vénissieux
81 rue Marietton, 69009 Vaise, 04 37 50 25 90
365 route de Vienne, 69200 Vénissieux, 04 78 77 17 17
motorvillagefrance.fr

Pour l’accueil et la confiance, merci à Estelle Hardy (Conseillère Commerciale Jeep Vaise), Shirley Fort (Responsable Marketing), Franck Hubert (Directeur des Ventes) et Thierry Grégoire (Directeur des Concessions).

Comme un clin d’œil, la Jeep Renegade sur les berges du Rhône dans ce film publicitaire « officiel » (à la 14ème seconde).

Cet article vous a plu? Vous aimerez peut-être aussi :

5 voitures de collection pour l’été prochain (dont la Jeep Willys)
La Harley-Davidson Forty-Eight 
Les lunettes Chrome Hearts

Jeep Renegade : Petite crapule !

Toutes photographies © Philippe Besseau. Doudoune Skidress.

Philippe B
philippe@lyonaumasculin.com
Pas de commentaires

COMMENTER CET ARTICLE