Monsieur Paul tire sa révérence

20 janvier 2018

Monsieur Paul tire sa révérence

Monsieur Paul, vous rejoignez le firmament de ceux qui ont élevé leur Art à son absolu. Est-ce exagéré de vous imaginer, là-haut, aux côtés de Victor Hugo, Louis Pasteur, Marie Curie et autres monuments de l’Esprit français? Examen de votre œuvre et de votre héritage, parsemé de souvenirs personnels émus. 

Monsieur Paul tire sa révérence

Monsieur Bocuse (ceux qui ont eu le bonheur d’exercer à vos côtés ne vous appellaient pas autrement), vous avez diffusé votre exigence et votre talent au-delà des frontières et des époques. Vous avez été le premier ambassadeur de l’art culinaire dans le monde, et vous avez inspiré des générations de cuisiniers. Vous avez défendu vos valeurs, celles qui sont citées en exemple au sein de votre Institut : le travail, le courage, la patience, la ténacité, la perfection, la rigueur, l’amour, la passion, l’équipe, le partage et l’amitié. Selon vos propres termes :

« Il n’y a pas de bonne cuisine si au départ elle n’est pas faite par amitié pour celui ou celle à qui elle est destinée. » (Entretien avec Bernard Pivot, 1976)

Incarnation de la gourmandise, de la bonhommie, de la générosité, vous avez collectionné les titres, de « cuisinier du siècle » à « Pape de la gastronomie ». La distinction qui vous procurait la plus grande fierté reste le concours du Meilleur Ouvrier de France. Un concours né 2 ans avant vous, comme si le destin anticipait le besoin d’une juste récompense pour votre talent. Un titre de MOF à qui vous avez donné en retour sa plus élégante expression ; trop peu de gens savent que le col Bleu-Blanc-Rouge a été adopté grâce à vous !

L'Auberge du Pont de Collonges, un demi-siècle d'excellence "Trois Etoiles"
L’Auberge du Pont de Collonges, un demi-siècle au firmament des « Trois Etoiles »

L’excellence, couronnée dans votre plus prestigieux établissement, véritable lieu saint pour les gastronomes du monde entier : L’Auberge. Une maison de toutes les couleurs, à votre image, qui mériterait sa place au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. 

Mon premier repas à votre table est un souvenir d’une intensité incroyable, que les mots peuvent difficilement décrire. Je retiens, bien des années après, les attentions infiniment délicates de l’équipe de salle, d’un transport dans une dimension parallèle où tout est parfait. Je repense à mes sympathiques échanges avec Gilles Reinhardt, votre Chef de cuisine : conversations passionnées autour de la valeur du travail, de l’exigence, de la passion… valeurs qui ont toujours été vôtres.

Fricassée de volaille de Bresse à la crème et aux morilles

La Fricassée de volaille de Bresse à la crème et aux morilles

La transmission du savoir, vous lui avez consacré une énergie et des moyens considérables. Aujourd’hui, c’est une ville, une région et toute une profession qui vous doivent l’Institut Bocuse. Un temple dédié à tous les métiers et plaisirs de la table, qui attire à Lyon de jeunes talents venus des quatre coins du globe.  

L’amour des produits, des terroirs, et la reconnaissance du travail des fournisseurs, autant d’ingrédients essentiels à votre art. Le « ventre de Lyon » où vous aimiez faire vos courses, ce sont les Halles de Lyon – Paul Bocuse depuis leur rénovation en 2006. Son entrée principale fait désormais face à une fresque qui vous représente, remerciement d’une ville à l’un de ses plus grands hommes.

Monsieur Paul tire sa révérence

La convivialité était l’une de vos valeurs les plus précieuses, c’est tout naturellement que vous avez diffusé votre savoir-faire en le rendant accessible. Les Points Cardinaux redorent le blason de la cuisine de brasserie, prouvant qu’il est encore possible de proposer des plats de qualité à un tarif raisonnable.

L’émotion nous envahit, et nous adressons nos plus sincères condoléances à vos plus proches. Ils se consoleront de vous imaginer aux fourneaux des banquets célestes, défiant l’imagination avec une simplicité bonhomme. Le temps fera son œuvre, et la cruauté de l’absence laissera place à la reconnaissance. Celle d’avoir, le temps d’une vie ou d’un instant, pu goûter à l’immensité du personnage. Monsieur Paul, Adieu.

Monsieur Paul tire sa révérence

Philippe B
philippe@lyonaumasculin.com
1Commentaire
  • Palandre
    Posté à 20:16h, 20 janvier Répondre

    Merci philippe pour ce très bel hommage tout en saveur et plein d honneur a notre grand chef disparu.
    Martine

COMMENTER CET ARTICLE